An 116 : Introduction 2e scénario (juillet)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

An 116 : Introduction 2e scénario (juillet)

Message par Narluìn le Jeu 9 Juin - 19:49

La porte dimensionnelle menant au monde des Ombres n’avait pas été refermée.

Un jour, alors que tout était tranquille, des nuées de corbeaux au plumage gris traversèrent le portail, traînant dans leur sillage des filaments d’ombres. Puis, graduellement, leurs plumes redevinrent d’un noir bleuté, comme si le fait d’avoir quitté leur monde leur redonnait une allure normale.

Ces corbeaux livrèrent des messages écrits à quelques privilégiés de Wolfencrow. Pour chaque message livré, les oiseaux reprenaient leur envol en croassant « JAMAIS PLUS ! » Personne ne semblait connaître la signification de ces mots, aussi simples qu’inquiétants.

Et, bientôt, le message qu’ils avaient porté se répandit; des dieux nordiques avaient apparemment survécu au Ragnarok, nom que les peuples du Nord donnaient à la dernière guerre divine. Cependant, ils étaient prisonniers du monde des Limbes et attendaient que les Dieux du soleil levant les libèrent de leur prison.

Ces Dieux du soleil levant, divinités du Rakuza, ne pouvaient toutefois venir en aide à quiconque, pas même leurs plus fidèles adeptes dont le royaume était figé dans de la glace depuis maintenant cinq longues années. Ils étaient eux-mêmes dans l’attente que quelqu’un, quelque part, parvienne à les ramener à la vie. Des Samouraïs, condamnés à être des fantômes après leur décès pour ne pas avoir terminé leur mandat de protection envers l’Empereur Rakuzan, parcouraient le continent pour trouver des aventuriers capables de secourir leurs divinités. La rumeur voulait qu’ils errent à présent dans la seigneurie de Val-Corbeau et qu’ils aient même été aperçus à Wolfencrow.

Pendant ce temps, chaque jour suivant leur apparition, les corbeaux continuèrent à survoler le village par centaines, jetant ainsi une ombre permanente sur la population. Dans les bois, de nombreuses carcasses d’animaux furent aperçues, mais personne ne trouva d’indices quant aux prédateurs qui les avaient tués.
Puis, au huitième jour de la lune de juillet, les oiseaux se dispersèrent vers la forêt de Croasse, et la lumière revint sur le village.

Malgré cela, de temps à autre, on entendait résonner, entre les croassements lointains, un sinistre « JAMAIS PLUS ! », comme pour rappeler aux habitants et aventuriers que l’ombre n’était jamais bien loin de la lumière et qu’en ces terres, il était coutume de dire que la charogne n’empoisonne pas le corbeau.
avatar
Narluìn
Admin

Messages : 23


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum